1944551611fe43e27ba53d5628d4bd59fb56fc98
9307bc1de176c900b8c2d8def203c583c61c39cd
Fermer
cinéma

Hors normes

17f7b21b329a54090fb77fed0116434c7bbd0f09
Du soir au matin, Malik et Bruno accueillent et accompagnent des autistes qui n'ont trouvé de place nulle part ailleurs. Démarré presque par hasard, leur travail incessant est devenu indispensable tant pour de nombreuses familles désemparés que pour des institutions à court de solutions. Mais sans véritable encadrement, les autorités menacent de fermer leurs deux structures.

Appuyé sur des personnages et des situations réelles, le film joue forcément – comme c'est souvent le cas chez le duo Nakache-Toledano – avec un mélange de sincérité et de sentimentalisme. Pas plus qu'Intouchables le film ne se veut documentaire, en dépit d'une forte recherche de réalisme et d'une volonté affirmée d'attirer l'attention sur une situation peu évoquée. Toujours en mouvement, la caméra donne à l'ensemble une vie et une énergie que le récit plutôt prévisible et convenu ne distille que mal à coups de scènes attendues et de rebondissements quelque peu téléphonés. Plus que tout le reste, ce sont toutefois Redda Kateb, Vincent Cassel et les apprentis-comédiens autistes qui insufflent une véritable humanité dans cette chronique. Au-delà de tous les artifices techniques ou narratifs, leurs échanges transpirent d'une sincérité et d'une fulgurance qu'aucun comédien ne saurait égaler, c'est sans doute le plus grand mérite du film que d'avoir fait, derrière les portraits de ses deux personnages principaux et derrière les comédiens qui les incarnent, une place à ces hommes et femmes.

Publié le 23/10/2019 Auteur : Guillaume B.

Si la démarche est généreuse, les qualités cinématographiques du nouveau film du duo Nakache-Toledano s'avèrent bien moins pertinentes. Heureusement, devant la caméra, Cassel et Kateb font des merveilles, et les comédiens d'un jour, vrai cœur du film, s'avèrent saisissants.

 


Mots clés : comedie drame Autisme